Troubleyn | Jan Fabre

Jan Fabre. From the Cellar to the attic. From the feet to the brain

27.09.2008 – 25.01.2009


Angelos bvba - Markus Tretter

À l’invitation de la Kunsthaus Bregenz, Jan Fabre présente sa première grande exposition muséale en Autriche. Avec des nouveaux tableaux sculpturaux, remplissant l’espace sur cinq étages, Fabre crée un univers d’horreur, de beauté et de métamorphose, mythique et fascinant, difficile à concevoir en termes artistiques conventionnels, où rêve et réalité s’alternent en permanence. Le mode de présentation de l’exposition suit la forme du corps humain. Ainsi, les différentes zones anatomiques, réparties en harmonie métaphorique sur les cinq étages de l’exposition, forment une œuvre « d’art total », d’une complexité immense et mystérieuse.
L’exposition commence par les pieds, dans la cave, transformée par Fabre en atelier-abri où sont disposés trois modèles de pensée réalisés dans les années 90. Le rez-de-chaussée représente le sexe et la force de son potentiel créatif. Il est incarné par un jeune homme en érection constante, allongé sur un lit composé de 150 pierres tombales. Au premier étage, la zone du ventre, Fabre a repris un fragment du plafond du Palais Royal de Bruxelles qu’il a recouvert de plus d’un million d’élytres de scarabées. En réaction à cette installation permanente, créée en 2001, l’artiste déconstruit une partie du plafond parce que quelque chose – l’Histoire, personnifiée par un Africain (Congolais) – s’en émancipe. Pour le deuxième étage, Fabre a imaginé une installation poétique référant au cœur. Deux cœurs, conçus à partir d’une mosaïque d’os humains, représentent le modèle du futur cœur humain : un cœur clément qui ne peut saigner. L’exposition s’achève à l’étage supérieur par le cerveau, que l’artiste considère comme « la partie la plus sexy du corps ». Alors que le sexe incarne la force du potentiel artistique de l’artiste, le cerveau est le lieu où tout se joue.

close